Les Bourla-Papey

M. Pierre Leuba, pasteur à Cuarnens, déplore dans l’un de ses livres, que les archives anciennes de Chavannes soient si maigres. Il l’explique par le fait que l’un des chefs des Bourla-Papey était certainement un David de Chavannes.
Probablement que des papiers concernant l’institution du Jeûne du 21 juin ont été brûlés à cette occasion.
Mme Suzanne Vial a lu un mémoire de Michel Pahud sur les Bourla-Papey. En voici quelques extraits concernant surtout notre région :

 

  • Vol des archives du Château de la Sarraz, dans la nuit du 19 au 20 février 1802.
  • Vol au Château de Bière entre le 17 et 18 mars.
  • Les brigands de Cossonay (environ 700 membres) arrivèrent aux portes de Lausanne le 1er mai. Suite à un malentendu, ils n’ont pas trouvé les chefs et sont rentrés. Cet incident a sauvé les archives nationales.
  • La nuit du 4 au 5 mai, ils sont revenus. Les premiers châteaux qui éprouvèrent leur fureur furent l’Isle, Pampigny, Sévery, Grancy, Vullierens, Cottens.

Le propriétaire de ce dernier fut arraché nu de son lit, menacé de la corde et sa femme poursuivie la baïonnette dans les reins.
Le grand David de Chavannes conduisait ces forcenés.
Répartis en bande, les Bourla-Papey ont sévi du château de la Lance (Concise) à Coppet.
Les Bourla-Papey voulaient prendre l’Arsenal de Morges. La fermeté du sous-Préfet Mandroz, le courage intrépide de ses fils et la bonne contenance d’une quarantaine de soldats français le sauva.
Cela dura 12 jours et tous retournèrent joyeusement dans leurs foyers.
Un cri d’indignation s’éleva dans toute la Suisse et même en Europe. Les choses en seraient restées là si en juin, des paysans n’avaient pas repris les armes à Yverdon. Depuis, les condamnations sont arrivées. A mort pour les chefs, prisons ou fortes contributions à payer et commença pour beaucoup de paysans, des années de pauvreté et de misère.