25 octobre 1985

Texte  tiré du livre – Le district de Cossonay à pied, en bus, en train et en funiculaire ……, de Jeanne Golay et Marianne Thormeyer, Editions Venogiennes

Quand le syndic, M. Jean-Daniel Zimmer­mann, ouvre la porte nord de son rural, il semble que la bise en furie donne libre cours à sa hargne et se rue sur le village de Chavannes-Ie-Veyron. Cette porte a quelque chose de magique: elle s’ouvre sur un paysage sorti de la palette du regretté Hans Nussbaumer : immense, ocre et serein. La bise de fin octobre ne semble guère inciter les Vermisseaux à sortir de leurs demeures. Le village semble pétrifié par la sécheresse et le vent âpre. Une paysanne pourtant «déjardine ». On se sent bientôt en quartiers d’hiver.

Ça fleure aussi l’hiver dans les locaux d’affinage des vacherins de M. Georges Gaudin. Ce dernier ne fabrique plus ; le lait des sept porteurs est maintenant acheminé sur La Chaux.  Soixante tonnes de vacherins Mont-d’Or viendront mûrir doucement à Chavannes-Ie-Veyron. Ils y passeront quinze à dix-huit jours avant que leur couvercle ne s’orne du tampon de Georges Gaudin. Dans les mois forts de la saison, cinq mille fromages sont mis en boîte hebdomadairement à Chavannes. Pendant leur séjour au bord du Veyron, ils seront quotidiennement lavés à la brosse et à l’eau salée avant d’être retournés sur les foncets.

L’ancienne porcherie est en passe de devenir habitat. Le battoir est reconverti en atelier d’entretien d’installations électriques, une ferme devient locatif.

Deux belles maisons cossues appartiennent l’une à un avocat, l’autre au chef d’orchestre de renommée internationale Charles Dutoit. Cet ambassadeur de notre musique, chef attitré de l’Orchestre symphonique de  Montréal, est domicilié officiellement à Chavannes-Ie-Veyron. Il fait partie des cent habitants du village qui paient franc pour franc à l’Etat. Il y a peu de dames dans les vingt-huit membres que compte le Conseil général.

Depuis trois siècles, on fête le Jeûne de Chavannes-Ie-Veyron, institué le 21 juin. C’est férié ce jour-là au village et deux cultes soulignent l’importance et la gravité de cette coutume. A chaque service, l’église est pleine.

On fête également le mois de mai avec cortège des enfants et goûter; la fête des récoltes a lieu tous les quatre ans. A la Saint­ Sylvestre, un grand buffet réunit toute la population. La société de tir organise chaque année une broche au refuge forestier.

Le collège-maison de commune est animé par une classe enfantine.

Le colonel Charles Bettens, décédé à l’âge de 91 ans, ancien député, écrivain, correspondant au Journal du district, repose maintenant avec ses combourgeois : Longchamp, Zimmermann, David, dans le cimetière en gradin accroché  à flanc de côteau du Veyron. Plus loin, il y a La Molassière, paradis halieutique par excel­lence. Dans la même direction, altitude 632 mètres, La Motte recèle un tumulus bur­gonde. Grâce à cet automne de sécheresse 1985, M. Rochat, agriculteur au hameau de Saint-Denis, en direction de Grancy, a pu déceler, dans un de ses champs, les traces d’une ancienne maison forte.

Depuis des siècles, les humains ont apprécié le charme des rives du Veyron. Les deux cent soixante ­six hectares de superficie du territoire, dont septante de forêts, révèlent encore bien des surprises aux amoureux de la nature. Repliés sur la rivière qui lui est chère, en retrait de la circulation, Chavannes-le-Veyron semble préparer son hibernation.